"Des champs entiers de Jacinthes qui éclosent, une vue magnifique dont on ne se lasse pas.”

Aux petits oignons

Durant des années et grâce aux soins des producteurs, les bulbes de jacinthes sont aux petits oignons dans les champs. Le calibre du bulbe augmente chaque année un peu plus. Lorsque leur taille est suffisante, ils sont placés dans de petites caisses en chambre froide. Dès qu'ils commencent à germer, l'horticulteur, curieux, en ouvre prudemment un. Renferme-t-il une fleur de bonne qualité ? Combien d'ongles porte-t-il ? En d'autres termes, ces bulbes de jacinthes vont-ils tenir leur promesse ?

Aller dehors !

“Après avoir travaillé tout un hiver à l’intérieur avec des bulbes secs, j’aime bien aller dehors à nouveau au printemps”, raconte le producteur de Jacinthes Rob van Haaster. “On sent l’odeur du printemps. On entend siffler les oiseaux et la nature verdit. Des champs entiers de Jacinthes qui éclosent, une vue magnifique dont on ne se lasse pas.”

Jusqu’à la racine

“En été, nous semons des engrais verts et nous répandons du compost sur la terre”, raconte Rob van Haaster. “Nous nous occupons bien du sol, pour pouvoir récolter à nouveau de bonnes Jacinthes l’an prochain.”

Reflets de couleur

“Lorsque nous sommes sur le point de récolter, les boutons de fleurs sont parés de reflets de couleur, nous pouvons alors distinguer les différentes couleurs”, nous raconte le cultivateur de Jacinthes forcées Frank van Noort. “Je trouve que c’est le plus beau moment de l’année.”

Pas d’ennui

Frank van Noort (26) est cultivateur de Jacinthes forcées – tout comme son père et son grand-père. “C’est un beau métier, surtout à l’époque des fleurs. A partir de la mi-septembre jusqu’à la Fête des Mères, nous coupons tous les jours des Jacinthes, y compris le dimanche – mais nous commençons alors un peu plus tard. J’adore ce rythme de travail. On ne s’ennuie pas.”

Lire également :

Consulter également :